Soft skills: pour quoi et comment développer une qualité

Soft skills: pour quoi et comment développer une qualité

https://ift.tt/2xFxAmI


Où, comme j’aime les triplettes, je vous en propose une nouvelle, celle du dépassement de soi qui peut prendre la forme d’un désir de développer une qualité, un comportement, un soft skill. Non pas pour “s’améliorer” ou pour devenir un salarié à l’employabilité parfaitement formatée mais parce que l’aptitude recherchée nous ouvrira des portes importantes à nos yeux. Voici comment vous y prendre:)

La triplette quoi/pourquoi/comment pour modifier un comportement

 

Le droit au dépassement de soi (n’est pas un devoir)

Il paraît évident que nous avons avant tout intérêt à nous accepter tels que nous sommes, sans sombrer dans la sinistre dichotomie forces/faiblesses ou, en version sémantiquement ripolinée (on dit aussi politiquement correcte) « talents » et « axes d’amélioration » qui vous impose sournoisement l’idée que vous devriez être une meilleure version de vous-même, plus conforme à la norme managériale ou RH du moment, aux idées reçues de la performance et de l’efficacité. Et de préférence en allant piocher dans une liste limitée de soft skills utilitaires. L’acceptation de soi consiste plutôt à admettre et à accueillir :

– Nos qualités, nos compétences, nos talents naturels – qui sont autre chose que les deux premiers et encore bien autre chose que le « talents » mentionné au paragraphe précédent et sui ne sont pas non plus un don – pour plus d’indications sur ce qu’ils sont, voir ici

– La légitimité de nos émotions, de nos désirs, de nos aspirations et par ricochet notre droit à questionner notre condition, notre vie, et les bifurcations personnelles ou professionnelles que nous avons envie d’y ajouter. Et lorsqu’il s’agit de nos qualités et comportements, oui, certains peuvent être modifiés si nous le souhaitons:

– Le droit au dépassement de nous-mêmes, y compris lorsqu’il s’agit de développer des qualités humaines ou des aptitudes qui nous manquent (par exemple relationnelles, émotionnelles, organisationnelles, méthodologiques etc. Des soft skills qui nécessitent d’être personnalisées), autant que d’acquérir de nouvelles compétences techniques.

Mais le droit n’est pas le devoir. Il est une option possible, à disposition pour ceux qui le désirent.

 

L’acceptation de soi, préalable au dépassement de soi

Bref, nous avons le droit de devenir autre que ce que nous sommes. Non pas dans l’envie de collectionner les soft skills reconnues du parfait-petit-employé 3.0, qui n’est plus – ces jours-ci – tant dynamique et curieux qu’autonome, collaboratif, empathique, sportif, bien alimenté et dopé à la méditation.

Pas non plus dans une quête de perfection vide de sens ou d’aspiration à correspondre aux héros du moment, mélange imbuvable de performance, de charisme, de réussite (forcément financière et entrepreneuriale), tout autant vide de sens. Ou pire des héros version Instagram, aux vies de rêve où on « kiffe » H24 en maillot sur des plages lointaines, ou au bord de piscines bleues de mers du sud, ordinateur à la main pour faire nomade libéré, montrant des muscles juvéniles (qu’on a le temps de travailler) sous des peaux élastiques entretenues par des mélanges fait maison de produits bio venus de Chine par avion enveloppés dans du polystyrène. Ceux qui ont réussi parce qu’ils osent, qu’ils sont audacieux et qui vous tutoient pour vous faire croire qu’ils vous veulent du bien. Le devoir de dépassement de soi véhiculé par les tendances actuelles du développement personnel est une plaie par laquelle s’engouffre une gangrène sournoise de l’époque : celle de la normalisation par l’absurde et de la culpabilité.

Ce dont je veux parler, c’est le droit à dépasser que ce que la vie a fait de nous-mêmes, façonnés que nous avons été par les épreuves et expériences, les commentaires de nos contemporains, les croyances dont nous avons héritées ou que nous avons construites tous seuls. A modifier un comportement qui, dans l’idée que nous nous en faisons, ne casse pas trois pattes à un canard et mérite une révision!  Ce droit commence par l’acceptation de ce nous-même imparfait et merveilleux comme un préalable indispensable au dépassement de soi, pour éviter l’écueil de la lutte constante contre soi-même, guerre picrocholine, combat douteux qui mène à l’auto-flagellation, au mépris de soi.

accetper ses manquements et travers pour construire l'estime de soi

 

Définir ce que nous voulons

1- Définir en plein plutôt qu’en creux

Nous avons parfois tendance à définir ce que nous voulons… en creux. C’est à dire en expliquant ce dont nous nous ne voulons plus, et le plus souvent associé à des termes guerriers, probablement histoire de nous donner du courage. Pour partir la fleur au fusil en un combat perdu d’avance? Probablement. Car de même que “je ne veux pas de Maroilles” n’aide pas votre fromager à vous servir, “je veux vaincre la procrastination/le trac/la timidité/la désorganisation” ne met pas précisément sur la voie de ce que vous voulez vraiment.

Réfléchissez donc plutôt à ce que vous voulez obtenir, peut-être à la place de ce dont vous ne voulez plus. Précisez au maximum: le vague n’aide pas à arriver à bon port. Si vous rentrez forêt de Rambouillet dans votre GPS, il y a peu de chance qu’il vous amène directement au Chateauform des Mesnuls où votre incentive annuel commence à 9h pétantes. Vous risqueriez de rater le café, qui est quand même le seul vrai moment convivial de la journée.

Le socle de la réussite de nos entreprise: le cocktail relation à soi, relation aux autres

 

2- Un objectif écologique

Tout d’abord, nous pouvons avoir envie de développer ou renforcer toutes les qualités, aptitudes ou comportements que nous voulons, du moment que ce que nous voulons ait

 – Un bénéfice réel pour nous à la fois dans la nature de la qualité que nous voulons développer et dans la façon de la développer. S’acharner à devenir “plus organisé(e)” parce qu’on nous a dit qu’on est bordélique et à coups d’auto-discipline de fer, de to-do lists et de processus alors qu’on est un créatif fantasque dont l’efficacité est directement liée au degré de liberté, c’est un aller simple pour l’enfer. Autre exemple: pour ma part, je ne suis pas très collaborative, je travaille souvent mieux seule. Bien que ce soit LA qualité du moment, je préfère rester comme je suis, c’est à dire que je collabore très bien sous certaines conditions et je vois plus de coûts que de bénéfices à m’obliger à changer cela. Encore une fois, modifions seulement ce que nous voulons.

 – Aucun impact négatif sur autrui. Car une conséquence négative sur une ou des personnes de notre entourage cache en général un déficit d’estime de soi qui se traduit par la tentation du (jeu de) pouvoir. Personnellement, je me méfie beaucoup des désirs de développer “l’influence” la persuasion et tout autre aptitude qui navigue à la limite floue d’une manipulation qui ne veut pas dire son nom. Comme vouloir “développer son ascendant sur les autres”, façon polissée de dire qu’on se rêve en dominant patron de troupeau – demande qui ‘a été faite il y a quelques années et que j’ai évidemment refusée.

En revanche, développer l’aisance ou l’assurance pour devenir plus confiant(e) dans ses entretiens d’embauche ou prises de parole, l’affirmation de soi pour parvenir à exprimer ses opinions, ses émotions, ses besoins, la confiance en soi pour faciliter la prise de décision, la pensée critique pour améliorer son discernement, la débrouillardise qui facilite la résolution de problèmes, la prise de recul ou le calme qui apaise les bouillonnement mental, la capacité à se ressourcer, la capacité à gérer son temps en fonction de soi, développer toute qualité comportementale ou relationnelle peut être à la fois utile et agréable, en donnant un sentiment d’évolution, de réalisation de soi et d’amélioration de son quotidien plutôt que de soi.

La curiosité est une sacrée qualité à débrider

 

3- Un challenge émotionnellement pertinent

D’autre part, lorsque le dépassement de soi concerne une qualité ou une aptitude, il a deux aspects qui nécessitent d’être précisés, faute de quoi vous risquez de vous engluer dans des bonnes intentions qui ne parviennent pas à se concrétiser et qui deviennent vite culpabilisantes.

Ces deux aspects participent aussi de la réconciliation intérieure qui permet une mécanique plus fluide de nos actions : l’association du concret et des émotions. Pour qu’une action soit efficace, elle nécessite non pas tant (ou pas seulement) de répondre à des objectifs dits SMART, qu’aux trois questions qui la rendent émotionnellement forte ainsi que pertinente et faisable :

  • Le besoin d’affirmation : répondre au Quoi ? – Ce que je veux exactement, l’acceptation et l’affirmation de mon désir, en accord avec moi-même qui diminue l’impatience, l’agacement, la frustration et donne l’assurance, la conviction, la force tranquille
  • Le besoin de sens : répondre au Pourquoi ? – Les bénéfices que je cherche, l’utilité de ce que j’entreprends, qui évite la fatigue, le découragement et détermine l’envie, la motivation, le dynamisme
  • Le besoin de repères : répondre au Comment ? – La définition des étapes, des actions à mener qui sécurise l’itinéraire tout en laissant libre cours à l’expression de soi dans la façon de le mener. Ce qui atténue l’inquiétude et donne de la confiance et du courage.

Lorsque nous aspirons à développer une qualité ou une aptitude, nous luis donnons généralement un nom – courage, confiance en soi, assurance dans la prise de parole, calme etc. – mais le défaut du substantif est de rester un concept vague, aux contours incertains. Or, nager dans le flou risque de susciter de l’agacement, de l’inquiétude et/ou de la démotivation. A quoi bon s’efforcer de renforcer une qualité si on ne sait pas comment s’y prendre et si on n’est pas certain de ce qu’on met vraiment dessus ?

La triplette Quoi?/Pourquoi?/Comment? est la réponse émotionnelle qui donne des ailes à nos projets.

Les émotions, boussole et impulsion de la reconversion professionnelle

La triplette du dépassement de soi

1- Quoi? Pour quoi ?

Les deux premières questions constituent la première étape avant de décider précisément ce que vous voulez développer ou renforcer. Trop souvent, nous cherchons directement – et parfois désespérément – le comment sans avoir défini le quoi et le pourquoi, ce qui rend la tâche encore plus ardue, donc inquiétante, agaçante ou fatigante. Prenez donc le temps de vous penchez dessus 😉

Quelle qualité ou comportement voulez-vous renforcer ?

Pour quoi ? Dans quel but ? Quels seront les bénéfices ?

Quels sont, précisément les comportements et actions qui traduisent cette qualité à vos yeux ? Attention, il s’agit ici d’être très concrèt(e).
– Vouloir “mieux s’organiser” ne veut pas dire grand chose en soi (mieux que quoi? Par rapport à quoi?), aussi précisez, précisez, clarifiez, clarifiez ce que vous voulez dire par là, jusqu’à avoir une liste de comportements très concrets.
– Développer de l’assurance ne signifie pas grand chose non plus. « Ben avoir l’air sûr de soi » ne suffit pas : quels sont les attitudes qui font dire qu’une personne est sûre d’elle ?
– etc.

l'assurance sereine de celui qui sait ce qu'il a à faire et comment il va s'y prendre

 

2- Comment

Le comment est toujours plus facile à trouver lorsque l’objectif a été finement précisé. Il y a bien des manières de renforcer une qualité, de développer une aptitude qui ne nécessitent pas de sauter en parachute ou de brailler sur une péniche avec un porte-voix (l’un et l’autre n’ont probablement jamais aidé à renforcer la confiance en soi). Plutôt pas à pas, chacun à son rythme, en procédant par étape, avec bienveillance. Quelques pistes par ici:

Avant de vous en proposer deux autres très prochainement:
– Une gymnastique de l’esprit ultra simple
– Une métaphore équestre (il y avait longtemps;)

 

Aller plus loin

Vous voulez renforcer et entretenir un état d’esprit serein et dynamique, une posture relationnelle élégante et affirmée,  pour renouer avec le plaisir de travailler et favoriser la réalisation de vos aspirations? Ithaque vous accompagne. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual

 

Mon Blog

Développement Personnel

via Ithaque Coaching https://ift.tt/1iUTuBn

September 27, 2018 at 01:17AM

8 Apps, Services and Features Apple Killed with iOS 12

8 Apps, Services and Features Apple Killed with iOS 12

https://ift.tt/2OB20Nc


iOS 12 Memoji in Camera View 2

Every time Apple releases a new version of iOS, it ends up killing at least a couple of apps and services. Apple keeps a keen eye on the market. What the other players are doing and what’s popular on its own App Store. Some of the new features in the new version of the OS end up being similar to competitor’s offering. Sometimes, Apple just rips off whole independent apps from the App Store.

And once the default functionality is available on the OS itself, there’s little motivation or a majority of the users to look for alternatives. Plus, because Apple designs the feature themselves, the integration ends up being way more reliable (not to mention feature rich).

It’s the same story with iOS 12. Let’s take a look at the apps, services and standalone features that Apple killed with the iOS 12 release.

Read moreiOS 12: All the New and Hidden iOS 12 Features

iOS 12 Memoji Camera View

RIP Bitmoji now that looks nothing like you. Because surprisingly accurate looking Memoji is here. Based on the Animoji feature, you can now create your own custom Animoji. The process of building your Animoji is similar to Bitmoji. You pick attributes like the shape of your face, hairstyle, eyes, nose, lips and so on. Memoji has a wide variety of options and you can even minutely tweak things like the hair color. This means that your Memoji will look at lot closer to your real life face.

Plus, here’s one thing you can’t do with Bitmoji – overlay it on your own face, in the live camera view in both Messages and FaceTime! Yes, you can now take selfies with your Memoji as your face!

Read moreHow to Create and Use Memoji on iOS 12

iOS 12 Screen Time

Until now, Moment was the best app for screen time tracking on the iPhone. And even then it wasn’t always reliable. It worked based on a hack. The app would ask you to take period screenshots of the battery usage and from there, it would try to figure out how much time you spent in each app.

But now, there’s a default feature in iOS 12 called Screen Time that gives you access to detailed statistics about your entire iPhone usage. You can see exactly how much time you spent in an app, how many times you picked up your phone and more. Plus, you get access to features like App Limits and Downtime that will help you reduce the time you spend on your iPhone or iPad.

Read moreHow to Use Screen Time and App Limits in iOS 12 To Reduce Distractions

iOS 12 Add to Siri Shortcuts

This one is a happy story. Apple acquired Workflow last year and now they’ve basically integrated the entire automation system in iOS, linking it with Siri. Workflow app has become the new Shortcuts app. And all the basic features from Workflow are there. You can stack actions on top of one another to create a workflow. But now it’s a lot better. You can initiate workflows using Siri. Siri will also proactively suggest workflows for you as you keep using your device.

Read moreSiri Shortcuts in iOS 12: Everything You Need to Know

iOS 12 Photos App Sharing

One of the things Google Photos did better than the Apple Photos app was sharing and search. iOS 12 improves on both fronts. The new photo sharing features are especially interesting. Photos app will automatically create collections for you to share with your friends based on the right context. You can associate a contact with a corresponding face and the app will remember this.

In a collection, you’ll get an option to share all photos instantly with the multiple people who are in the photos. The photos will be shared using iMessage. And once they accept the invite, they’ll be prompted to add photos back to the collection. The Search section of the app is also much better now. You can search for multiple terms in the same search field now.

Read moreHow to Use Smart Photo Sharing in iOS 12

FaceTime Group Calls 1

Houseparty was the app that started the trend of group video calls with more than a dozen users. The app made it easy for people to drop in and out of a video call. The video calls were arranged like rooms inside of a house (that’s where the app gets its name).

The new FaceTime app basically does the same thing. You can now have a video call in FaceTime with uptown 32 people. But what’s interesting is that you can put up a link to join a FaceTime call in an iMessage group. So anyone can join in and drop out as and when they please. You don’t need to manually add 10 people to a call.

Read moreFaceTime Group Call in iOS 12: Everything You Need to Know

6. AR Measure Apps

iOS 12 New Measure App

iOS 11 gave us ARKit. And with it, AR measurement apps. With iOS 12, Apple is bundling its own AR measurement app called Measure. It’s a very basic app that you can use to measure the distance between two points. The Measure app’s feature set is quite basic right now. So while some basic measurement apps have been taken care of, there’s still room for professional level AR measurement apps on the App Store.

Read moreHow to Use The New Measure App in iOS 12

iOS 12 Memoji 4

First Instagram stole Snapchat’s thunder and now it’s Apple’s turn. In the new iMessage and FaceTime camera view, Apple is bundling some amazing effects. They’re the kind of artists, fun filters that were made famous by apps like Snapchat and Prisma.

8. Password Managers

iOS 12 Share Password AirDrop Featured

iOS 12 gives you a lot of reasons to use iCloud Keychain. First of all, there’s tight integration with iCloud Keychain everywhere in the OS. No matter where you are – an app or a website if you’re looking at a login and password field, you’ll have access to iOS 12’s new password manager.

You can quickly paste in login details from any of the saved combinations. Plus, when you’re using an iPhone X, the authentication happens automatically using Face ID. You don’t need to do anything! Similarly, iOS 12 will help you generate strong passwords, will prompt you to save passwords that you’re logging in with and a lot more.

What Did iOS 12 Kill For You?

What are some of the killer new features in iOS 12 that you’re excited about? What is something revolutionary in iOS 12 that has obligated the need for an app or service you used previously? Share with us in the comments below.

















Mon Blog

iPhone

via iPhone Hacks | iPad, iPod… https://ift.tt/tHINsU

September 18, 2018 at 10:42AM